Les Révoltés du Bitume

ou les rebelles de l’Anthropocène

 2017-2019

Par les interstices de la carapace de bitume, derrière les grillages qui privatisent l’espace, dans les anfractuosités des murs de béton, au cœur de nos rebus, j’observe avec délectation ces « mauvaises herbes » libres et rebelles.

Sous le règne de l’Anthropocène, l’homme, sûr de sa puissance, a fait de la nature son adversaire en oubliant qu’il en fait partie intégrante.

Ces fragiles pousses résilientes dans le chaos complexe de nos matériaux artificiels symbolisent la résistance insolente du vivant face à notre suffisance autodestructrice.